L’Histoire du trafic en Suisse

Le département recherche de ViaStoria est né au milieu des années 1990, du besoin d’asseoir théoriquement les connaissances acquises de façon empirique par les travaux de l’IVS, et de coordonner scientifiquement le savoir spécifique des collaborateurs et collaboratrices de ViaStoria. Le programme de recherche ‘’histoire du trafic en Suisse’’ constitue un élément central de la recherche au sein de ViaStoria. La coopération étroite entre ViaStoria et le Département de l’histoire économique, sociale et environnementale de l’Université de Berne garanti un réseau académique optimal pour la recherche.

 

Le trafic comme thème de recherche :

Malgré la grande importance sociale, économique et politique du transport, il n’existe pas encore en Suisse de recueil complet de l’histoire du trafic. La recherche historique s’est jusqu’ici limitée à analyser les moyens de transport individuellement, sans prendre en compte leurs interactions, ni le réseau dans son ensemble. Une méthode d’analyse intermodale devrait permettre de remplir les exigences de la recherche historique et géographique, ainsi que de la planification des transports et de l’aménagement du territoire. C’est en considérant l’ensemble de ces éléments qu’on perçoit le défi que représente une politique des transports complète et orientée vers le futur.

Sous de nombreux aspects, notre système de trafic actuel est marqué par son évolution historique, et beaucoup des questions qui se posent à nous aujourd’hui trouvent leur explication dans le contexte plus large de l’histoire du trafic. En Suisse, cette histoire n’a fait jusqu’à présent l’objet que d’études partielles, et il manque toujours un ouvrage d’ensemble, qui comprend tous les modes de déplacement, routier, ferroviaire, par voie d’eau et aérien.

Le projet «Histoire du trafic en Suisse», initié et suivi par le groupe de recherche de ViaStoria, doit pallier ce manque. Il comprend dix modules thématiques et est porté par un large groupe, composé de représentants des milieux universitaires, des musées, des médias, de la politique, de l’administration, d’associations et d’entreprises de transport, ce qui garantit le caractère global et interdisciplinaire de l’entreprise. Dès le début, ce projet bénéficie d’un accompagnement médiatique et ses résultats seront publiés sous diverses formes, notamment électronique, à l’attention de différents publics.

Le projet est soutenu par l’Office fédéral des routes (OFROU), l’Office fédéral des transports (OFT) et l’Université de Berne.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Projets en cours

 

L’enquête des routes de la République helvétique

Une source principale pour l’histoire du trafic

Sources – Transcriptions – Commentaires – Cartes interactives

Prof. Dr. André Holenstein

Dr. Hans-Ulrich Schiedt

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Projets terminés

 

SIG-Dufour

Zürich sur la carte Dufour, feuille 8,1861 (en haut) et 1902 (en bas)

Le projet de recherche SIG-Dufour met en valeur la carte Dufour à la première série de cartes couvrant l’ensemble du territoire de la Suisse reposant sur des mensurations exactes, établie dans la seconde moitié du 19e siècle (1ère édition 1845-1865 et édition vers 1900) grâce à un système d’information géographique (SIG), dans une perspective historique. Il s’agit d’une collaboration interdisciplinaire entre ViaStoria, Dr. Thomas Frey et Prof. Hans-Rudolf Egli de l’Institut de géographie de l’Université de Berne.

Le SIG confronte le territoire historique au territoire actuel, et en documente le développement à travers des données statistiques. Au-delà de son utilité évidente pour les recherches historiques sur le territoire et sur le trafic, le projet ouvre également des perspectives pour la planification du trafic et l’aménagement du territoire, et pour la communication en matière d’histoire du trafic. En mars 2004, le Fonds national suisse a décidé de soutenir ce projet.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Le développement de l’infrastructure routière au 19e siècle : un relevé historico-statistique

Compte d’Etat du canton de Zoug, 1833 : une des sources utilisées dans ce projet

Ce projet de recherche consiste à faire le relevé des dépenses des administrations cantonales pour la construction et l’entretien des routes principales. Le but est de combler une lacune dans les statistiques historiques, qui sont muettes à ce sujet. La collecte de ces données revêt une grande importance pour l’histoire de l’économie et des transports.

Il s’agit de faire le relevé quantitatif du développement de l’infrastructure routière canton par canton et route par route, ainsi que des dépenses routières cantonales au sein de chaque compte d’Etat global. Les principales sources utilisées sont les rapports rédigés par les administrations à l’attention des parlements ou gouvernements cantonaux, les comptes rendus des gouvernements, ainsi que les comptes d’Etat. Le relevé commence avec les sources écrites et s’étend jusqu’en 1918. Les dépenses routières annuelles font l’objet de publications depuis les années 1830 dans la plupart des cantons; quelques-uns s’y sont même mis avant. Dans certains cantons, les comptes et rapports officiels n’existent sous forme imprimée que depuis le milieu du 20e siècle. Ce relevé débouchera principalement sur l’établissement de trois séries chronologiques (tableaux et glossaires):

Série chronologique des dépenses routières en tant que composante des dépenses globales des cantons

Série chronologique des dépenses routières en fonction des coûts de construction, des coûts d’entretien et des coûts administratifs

Série chronologique des dépenses routières par route

Ce projet fait partie du module « Statistiques historiques du trafic » du projet plus vaste « Histoire du trafic en Suisse ».  Les collaborateurs sont Claude Bodmer, Florian Hitz, Andriu Maissen, Lukas Meier, Hans-Ulrich Schiedt.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

La banque de donnée Trainbase met en valeur l’histoire de tous les chemins de fer suisses

L’Electrification des chemins de fer suisses: tableau des années 1930

Le réseau ferroviaire suisse est, comme on le sait, l’un des plus étoffés au monde. Les CFF et une cinquantaine de compagnies privées proposent une desserte extraordinairement dense du territoire. Si l’histoire des CFF (surtout dans la première moitié du 20e siècle) est particulièrement bien documentée, de grosses lacunes historiques existent en ce qui concerne les « com-pagnies cantonales de chemins de fer », qu’elles soient grandes ou petites. La nouvelle banque de données Trainbase comble certaines de ces lacunes.

Moyennant quelques clics de souris, on peut suivre l’évolution de toutes les entreprises vouées au transport général, y compris celle des chemins de fer fédéraux, entre 1918 et 1982. A cet effet, une bonne centaine de données spécifiques ont été chaque année réunies et numérisées pour chaque entreprise ferroviaire intégrée à la Statistique suisse des transports ou à la Statistique des chemins de fer. L’éventail de ces données va de la longueur des lignes, du parc de matériel roulant, du nombre de passagers et de la quantité de marchandises transportées au bilan annuel des différentes entreprises, en passant par les informations financières, par exemple sur les subventions cantonales perçues. Trainbase est donc un outil indispensable pour accéder, sur le plan des chiffres, au monde encore inconnu des « entreprises suisses de transport concessionnaires ».

Trainbase a vu le jour dans le cadre du projet national de recherche de ViaStoria intitulé « Histoire du trafic en Suisse ». L’enregistrement des données dans une banque de données relationnelle a été cofinancé de manière substantielle par ViaStoria et effectué par des assistants et aides-assistants du Département d’histoire économique, sociale et environnementale (WSU) de l’Institut d’histoire de l’Université de Berne.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Occupation du territoire et réseaux routiers à l’époque romaine

Char à bœufs sur une mosaïque romaine

Ce projet de recherche du Fonds national examine les transformations fines et le développement des réseaux routiers et des localités de l’époque romaine. Il s’agit d’un travail qui défriche de nouveaux champs méthodologiques.

On ne peut interpréter la fonction de communication des nombreuses voies anciennes, qui ne sont connues que de façon fragmentaire, que si leur position dans le réseau routier et dans le réseau des localités est connue. Grâce à un programme d’occupation pour chômeurs, l’ensemble des vestiges se rapportant à des sites habités, retrouvés sur le Plateau et documentés par les services cantonaux d’archéologie, ont été compilés et catalogués. Sur la base de ce catalogue, qui est aujourd’hui disponible comme base de données des sites habités, les tronçons routiers attestés par l’archéologie ont été mis en relation avec l’habitat environnant. Cette démarche permet d’esquisser les développements subtils des structures habitées et du réseau routier, très différents selon les régions.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Vaincre les obstacles et aménager le territoire en Suisse

Asphaltage de l’Utoquai à Zurich (Schweizerische Zeitschrift für Strassenbau, 1915)

Ce projet de recherche examine les rapports entre la façon dont les distances ont été vaincues et l’aménagement du territoire. Il confronte sur le long terme le développement du système de transport et du système spatial, avec l’accessibilité des différentes parties du territoire. Le titre du projet est «Entwicklung des Transitverkehrs-Systems und dessen Auswirkungen auf die Raumnutzung in der Schweiz», soit «Développement du système de trafic de transit en Suisse et son influence sur l’aménagement du territoire en Suisse»

La modification de l’accessibilité des différentes régions constitue un paramètre central pour comprendre et analyser les effets spatiaux des mesures d’aménagement (infrastructures, services de transports) sur les systèmes de trafic. Le projet doit poser les bases méthodologiques et quantitatives pour l’étude de la question sur une longue période.

 

La modélisation de 270 ans de développement du trafic

L’idée de base du projet de recherche repose sur la combinaison de deux axes de recherche. D’une part, elle s’appuie sur une analyse du développement du trafic de transit (infrastructures, services de transport) et de la structure territoriale à l’échelle suprarégionale en Suisse depuis le début de la première phase de construction des routes carrossables, soit depuis la mise en place d’infrastructures routières d’Etat vers 1750, jusqu’à l’achèvement des constructions décidées aujourd’hui, vers 2020. D’autre part, elle comprend une modélisation, c’est-à-dire la reproduction idéalisée du trafic réel comme réseau logique sur les réseaux physiques.

Ces analyses constituent une base précieuse pour une politique des déplacements et de l’aménagement durable. Elles soutiennent aussi la réflexion sur la meilleure façon d’investir, dans des constructions nouvelles, des ressources privées et publiques limitées, et offrent le moyen d’évaluer les effets à long terme sur le territoire du développement des systèmes de transports (personnes, marchandises, informations). Ce projet doit aussi constituer une contribution substantielle à l’histoire du trafic en Suisse.

Le projet est dirigé par le professeur Kay. W. Axhausen et Peter Keller, de l’Institut für Verkehrsplanung, Transporttechnik, Strassen- & Eisenbahnbau (IVT, institut pour la planification des transports, la technique des déplacements et la construction routière et ferroviaire) de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. La recherche elle-même est conduite de façon interdisciplinaire, sous la forme d’une collaboration entre l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel et le professeur Laurent Tissot, et le groupe de recherche de ViaStoria (www.ivt.baum.ethz.ch/vrp/projekte_cost340_d.html). Ce projet financé par le Fonds national suisse et par l’Office fédéral de l’éducation et de la science fait partie du programme européen COST 340, dont le thème est «Towards a European Intermodal Transport Network: Lessons from History» (www.cordis.lu/cost-transport/src/cost-340.htm). Le projet est achevé en 2004.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Les phases de développement du trafic en Suisse 1750–1910. Structures et processus d’accélération

Extrait de la «Postkarte der schweizerischen Eidgenossenschaft», 1850 (Archive historique et bibliothèque PTT)

Révolution ou évolution des transports ? Ce projet de recherche financé par le Fonds national suisse dessine une nouvelle image du développement des transports aux XVIIIe et XIXe siècle.

Le projet examine les relations qui caractérisent à différents niveaux, sur le plan quantitatif et qualitatif, le développement des transports et des réseaux routiers sur le Plateau suisse (cantons de ZH, LU, SZ, ZG, AG). Il est conduit par Dr. Thomas Frey et le groupe de recherche de ViaStoria, avec des synergies, sur le plan des contenus et des protagonistes, avec le projet COST «Vaincre les obstacles et aménager le territoire en Suisse» (ci-dessus). Le projet a été achevé au cours de l’année 2003.

 

Développement des transports: de la révolution à l’évolution

L’hypothèse de base considère le développement du trafic – contrairement au topos de la «révolution des transports» – comme un processus de transformation structurelle dans le sens d’une «évolution des transports», qui se distingue par une progressive mise en réseau spatiale et organisationnelle en intégrant de façon interactive tous les modes de transport. L’analyse s’étend des débuts de la construction de routes carrossables vers 1750 et s’achève en 1910, quand un trafic de masse qu’on peut qualifier de moderne s’est affirmé dans les espaces urbains. Tous les modes de déplacement – route, rail, eau – sont pris en considération.

Le projet se déroule selon plusieurs étapes: premièrement, un inventaire des voies de communication historiques, c’est-à-dire un relevé cartographique (SIG) des tracés historiques et de leurs modifications; deuxièmement, une évaluation quantitative intermodale des avantages du point de vue du trafic d’une série de localités choisies, établie sur le concept de l’accessibilité; troisièmement, l’augmentation quantitative des rendements du trafic de certaines localités ou parties de territoire signalée par les sources historiques. Du point de vue méthodologique, la démarche se veut aussi flexible et pragmatique que possible. Elle est d’un accès simple et varié et, dans de nouvelles recherches, peut être étendue à volonté dans le temps, l’espace ou au niveau des sources considérées. Le but principal que poursuit le projet est de fournir des données claires, utilisables et différenciées sur les transformations du système de transport, qui permet des relations aussi bien avec l’histoire qu’avec l’actualité.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Le mythe des voies à ornières

Voie à ornières près de Vuiteboeuf VD

On a émis beaucoup d’hypothèses sur l’âge, la formation et la fonction des voies à ornières. Elles continuent à fasciner. La régularité des rainures inscrites dans la roche suggère l’intervention humaine et donne l’impression d’un usage remontant à la nuit des temps. Il n’est donc pas très étonnant que l’opinion la plus répandue est que les voies à ornières sont d’origine romaine. Leur étude révèle toutefois une autre image.

Dans le cadre d’un projet du Fonds national, Guy Schneider, collaborateur de ViaStoria, a examiné entre 1997 et 2001 dix voies à ornières en Suisse, en Alsace et dans le Val d’Aoste. L’objectif principal de cette étude était d’obtenir des réponses quant à l’âge et à la formation des rainures. La recherche comprenait une analyse détaillée de leur morphologie et la mesure de leur largeur grâce à un instrument spécialement mis au point.

A Vuiteboeuf (VD), le lieu central d’étude, on a pu identifier jusqu’à 30 tracés de quatre largeurs différentes, dont l’usage a pu être attesté dès le XIIIe-XIVe siècle jusqu’à 1760. Sur les autres lieux d’étude en Suisse, l’instrument a également permis de mettre en évidence des tracés de différentes largeurs. L’ensemble des résultats des relevés de terrain a été saisi dans un Système d’information géographique. Les analyses ultérieures ont révélé que tous les lieux examinés ont une longue histoire, qui s’est souvent étendue jusqu’à l’époque moderne – toutes les voies à ornières ne sont donc pas d’époque romaine.

Votre contact

Dr. Hans-Ulrich Schiedt
Universität Bern
Historisches Institut
Länggassstrasse 49
3012 Bern

Publications

Histoire des transports

Histoire des transports – Vol. 25

Verkehrsgeschichte Schweiz, Bd. 1
(en allemand)

Verkehrsgeschichte Schweiz, Bd. 2
(en allemand)

Histoire de la mobilité douce

(uniquement en allemand)

Geschichte des Langsamverkehrs
in der Schweiz des 19. und 20. Jahrhunderts

Der Langsamverkehr

Histoire du trafic du 19ème siècle à nos jours

(uniquement en allemand)

Die Strassengeschichte des Kantons Bern

Die Strassengeschichte des Kantons Luzern

Die Strassengeschichte des Kantons Schwyz

Die Strassengeschichte des Kantons Graubünden

Divers

100 ans au service de la route
et des transports en Suisse